Les forums de Captain Alban    - Index du Forum Les forums de Captain Alban
Discussions sur Tomb Raider et Lara Croft Le site de Captain Alban
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Fanfic] Les jours sans noms

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les forums de Captain Alban - Index du Forum -> Fanfictions : histoires avec Lara
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
scorpio33
Caporal Raider
Caporal Raider


Inscrit(e) le: 25 Sep 2010
Messages: 75
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Ven 15 Fév 2013, 19:21    Sujet du message: [Fanfic] Les jours sans noms Répondre en citant

Bonjour

Je reviens faire un petit tour sur ce forum pour vous présenter l'ébauche d'un nouveau projet: Une fanfiction ! Pour ceux qui me suivaient dans une autre section du forum, ne vous inquiétez pas, mon autre projet est toujours en cours Wink

La synchronisation me fait défaut vu que mon histoire traite du 21 décembre 2012^^ A part les noms, toutes les références et déductions archéologiques sont de mon invention et servent à trouver un moyen de rendre la prophétie crédible dans l'histoire.

Il y a également plusieurs références aux jeux de Core Design Wink

Je n'en dis pas plus et vous propose les 2 premiers chapitres! Bonne lecture, j'attends vos avis pour savoir si ça vaut le coup de continuer!

http://www.mediafire.com/?h8kb97aepbt2b1k
Revenir en haut de page
Invisible Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
scorpio33
Caporal Raider
Caporal Raider


Inscrit(e) le: 25 Sep 2010
Messages: 75
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Ven 04 Oct 2013, 12:26    Sujet du message: Répondre en citant

CHAPITRE 1 Histoires Maya

Mexique, Province du Yucatàn, 6 novembre 1991


Le soleil se couchait dans le ciel mexicain, de petits groupes de jeunes adultes rentraient progressivement à leur camp de base, établi dans une clairière perdue au milieu de la jungle. Alors que la luminosité ambiante perdait sa teinte orangée pour s'assombrir à l'arrivée de la nuit, le dernier groupe arriva. C'est à ce moment que la seule personne visiblement plus agée que les autres, un éminent archéologue britannique, demanda à tout le monde de se rassembler. Les traits de tous étaient tirés, surement exténués par cette semaine de fouilles dans les vestiges de la cité d'Ek Balam dont une nouvelle partie venait d'être découverte à la suite d'un séisme dans la région. Ces jeunes étaient tous des étudiants en archéologie d'Oxford, et en étaient à leur cinquième expéditon sur le terrain après notamment des sites tels que la cité de Pétra ou les pyramides de Khéops. Leur professeur pris la parole pour faire l'appel:

"Bon, je sais que la journée a été longue, mais je vous demande encore 5 minutes d'attention, le temps de vérifier qu'on a perdu personne en route. Après vous aurez droit de rejoindre vos sacs de couchage pour une courte nuit, nous repartons demain à l'aube, je n'ai pas envie que les tunnels que nous avons mis à jours aujourd'hui soient visités par d'autres avant nous! Je commence l'appel: Ethan Smith ?
_Ouais!
_Andréa Watson?
_Ici!
_Léa Carver?
_Oui! - dit Léa dans un baillement sonore.
_Tu peux aller dormir oui ! Peter Borow?
_Avec Léa! - répondit-il en riant.
_Très drôle, demain tu seras donc chargé de remonter les plus grosses pièces à la surface, je te dis ça au cas où tu voudrais rendre ta nuit et celle de tes camarades encore plus courte! - ascéna le professeur avec un sourir en coin."
Tout le monde éclata de rire, seul Peter avait ravaler son sourire et il parti dans sa tente en soupirant. "Bon je continue, un peu de sérieux s'il vous plait! Lara Croft?" Personne ne répondit. "LARA CROFT ?!" Répéta plus fort le professeur. Aucune réponse ne se fit entendre. L'homme apparu plus exaspéré que paniqué face à l'absence de l'une de ses élèves.

"La fille à papa fait encore des siennes apparament!" - murmura une voix féminine dans le groupe.- "SILENCE ! Amanda! Tu voudras aider M Borow demain?
_Non monsieur, je m'en passerai, désolé. - répondit la jeune fille un peu honteuse.
_Bien, je vais m'occuper de ce problème et que chacun garde ces commantaires pour soi à l'avenir!" - conclua Lord Henshingly Croft.

Il finit l'appel, seule sa fille manquait. Le groupe se dispersa entre les différentes tentes, Lord Croft regagna la sienne et commança à préparer des outils et si besoin du matériel de secours. En se mettant en route pour les ruines, alors que la nuit recouvrait le camp, il se demanda quelles nouvelles frasques sa fille avait encore bien pu commettre.

A une poignée de kilomètres du camp se trouvait le site d'Ek Balam. Certains projecteurs installés par le groupe d'étudiants étaient toujours allumés, on distinguait notament l'imposante pyramide maya, dont le pan nord s'était écroulé à la suite d'un séisme, laissant apparaître un trou béant à la base. C'est par cette ouverture que les apprentis archéologues, accompagnés de leur professeur, avait découverts de nouvelles chambres et tunnels encore inexplorés. Dans l'un de ces derniers, plongée dans la pénombre la plus totale, une jeune fille vétue d'un short kaki et un t-shirt turquoise se frayait un chemin à la lumière de sa lampe torche. Sa progression était difficile, elle devait dégager des gravats, ramper dans des passages étroits et éviter de chuter dans des crevasses. Elle était recouverte de terre, fatiguée mais continuait tout de même d'avancer, seulement animée par le gout de l'aventure, avec l'intime conviction qu'elle allait bientôt découvrir quelque chose. Et elle n'avait pas tort. Elle déboucha soudain dans une grande salle circulaire, éclairée par la teinte bleutée du clair de lune provenant d'un puit de lumière à une vingtaine de mètre en hauteur. Les murs étaient recouverts des racines des arbres qui avaient réussi à infiltrer les ruines au fil des siècles. Lara fit le tour de la pièce en examinant les paroies, toujours à l'aide de sa torche. Derrières les racines, elle distinguait des fresques maya à peine lisibles. Elle se dirigea ensuite vers le centre de la pièce où se trouvait un autel lui aussi circulaire. Après avoir enlevé la couche importante de poussière qui se trouvait dessus avec une brosse qu'elle avait trouvé dans son sac à dos, elle examina les symboles qui s'offraient à elle.

Ceux qui pensaient que Lara Croft, fille du célèbre archéologue Henshingly Croft, avait gagné sa place à Oxford et dans cette expédition uniquement grace à son lien de parenté avaient tord et cela ne manifestait tout au plus que de la jalousie. Lara était une fille extrèmement intelligente et rusée, passionnée d'histoire, plutôt solitaire, et parlant plusieurs langues, dont de nombreuses langues anciennes. Elle était aussi très sportive, pratiquant l'athlétisme, l'équitation, la natation et les sports de combat. C'est donc sans mal qu'elle avait réussi à fausser compagnie au groupe plus tôt dans l'après midi pour explorer un des tunnels découverts dans la journée. Des inscriptions qu'elle avait déchiffrée mais gardée pour elle l'amenait à penser qu'au bout de ce chemin pouvait se trouver une artéfact maya de grande valeur.

Lara compris vite que les symboles sur l'autel correspondaient en fait à l'antique calendrier maya basé sur le "compte long", un système de datation caractéristique de la civilisation. Ce compte se terminerait le 21 décembre 2012, débutant une période de cinq jours durant lesquels, selon le mythe, les portes de l'enfer s'ouvrirait et ce serait donc la fin du monde selon une croyance populaire que Lara se refusait à croire. Ces jours, n'apparaissant pas sur le calendrier, ont été baptisés les "Jours sans noms". Elle remarqua que les disques constituant le calendrier étaient mobiles. Sans grande conviction, elle les régla de manière à obtenir la date fatidique du 21/12/12. A sa grande surprise, un cliquetis se fit entendre et l'autel coulissa de quelques centimètre sur la gauche, révélant une petite niche dans le sol. Dans cette niche se trouvait ce que Lara espérait découvrir, une idole en argent à l'effigie de Ah Puch, le dieux Maya de la mort. Ce serait ce dieu lui même qui ouvrirait les portes de son royaume à l'arrivée des jours sans noms pour engloutir l'humanité. Lara exulta de joie, elle venait de trouver son premier trésor. Dans l'euphorie du moment elle arracha l'idole de sa niche, sans se préocupper d'éventuels pièges. Et les conséquences ne tardèrent pas. Un courant d'air fit le tour de la pièce, et des bruits de frotemment sortirent des murs. Heureusement Lara se reconcentra et après avoir lacher un juron contre elle-même pour avoir été aussi inconsciente des risques, elle se coucha à terre au moment où plusieurs flechettes fusèrent de toute pars. Une fois le calme revenu, elle se releva. Un grondement plus sourd se fit entendre et des bruits de centaines de pas frénétiques se rapprochaient, en provenance du mur au fond de la pièce. Ne cherchant pas à savoir ce qui pouvait bien arriver, Lara se mis à rebrousser chemin, en courant à l'aveuglette dans le tunnel devant la ramener à la surface. Dans sa course, elle entendit un bruit d'effondrement provenant de la chambre qu'elle venait de quitter, les bruits qui se rapprochaient se faisaient entendre plus nettement. Quoique que ce fut, ce n'était pas humain. La peur commençait à envahir Lara. Elle accelera sa course, alors qu'elle rampait sous des rochers, elle sentit quelque chose lui aggriper la jambe. Elle se débattut avec toute la force qui lui restait et réussi à se dégager. Elle continua à courrir sans se retourner et réussi à retrouver la sortie des ruines. Les bruits de pas se firent plus discrets jusqu'à disparaître totalement. Une fois à l'air libre, Lara s'assit sur une pierre pour reprendre son soufle et contempla son trésor à la lumière du clair de lune.

"Pour une première je m'en souviendrai, toi tu es le premier d'une longue lignée, et tes copains ont intêret à être au moins aussi dur à dénicher sinon je risque de m'ennuyer!" - se dit Lara avec un sourrire.

Mais elle rangea vite sa trouvaille au fond de son sac, elle venait d'apercevoir un faisceau lumineux venant de la forêt, et à l'écoute de son nom qui résonnait dans l'obscurité, elle savait à qui elle allait avoir affaire et les remontrances qu'elle allait recevoir.


"Qu'est-ce que j'ai fait au ciel pour avoir une fille qui en fait autant à sa tête ! - cria Lord Croft.
_Du calme père, vous devriez plutôt être content que je m'investisse autant dans vos recherches. - répondit sa fille avec un air supérieur.
_Ne joue pas à ça avec moi, tu es peut être plus douée que tes camarades mais tu as encore beaucoup à apprendre et ça ne te donne pas le droit de faire n'importe quoi. Te rends tu compte des risques que tu as pris, tu t'es mise en danger, et tu as mis en danger le site tout entier!
_Ne vous inquiétez pas, je n'ai rien touché, j'ai seulement voulu déchiffré les fresques qui ornaient la chambre mortuaire, et je n'ai pas vu le temps passer. - mentit Lara.
_Tais-toi! Tu me déçois Lara, j'en ai assez de tes frasques à répétition. Rentrons maintenant, et demain tu resteras au camp. Si tu t'avise de me désobéir une nouvelle fois, je te renvoie au manoir dans le premier avion!
_Mais ... ! - tenta de répondre Lara.
_Il n'y a pas de "mais" qui tienne, je ne veux plus entendre un mot à partir de maintenant! -acheva Lord Croft

Le père et sa fille repartirent en silence dans la jungle obscure en direction du camp. Le lendemain, le petit groupe d'étudiants reparti explorer le site, sans Lara. Les tunnels qu'elle avait exploré la nuit passée étaient complétement éffondrés et donc la chambre de l'idole condamnée pour toujours. Cependant un détail avait échappé à l'apprentie archéologue lors de son incursion dans cette chambre. Au moment où elle avait franchit le seuil de la pièce pour s'enfuir, l'autel se déplaça encore un peu plus sur la gauche laissant apparaître un petit sablier argenté de la taille d'un poing. Il coulait déjà depuis des centaines d'années et arrivait doucement à son terme...


Angleterre, Manoir Croft, 17 mai 1999.


Après la disparition de son père et des querelles d'héritage, Lara Croft prit possession du manoir famillial. En quelques années, elle eut le temps de se faire un nom dans le domaine de l'archéologie, voir à surpasser son père. Ses expéditions sont souvent entourées de mystères, que la jeune aristocrate refuse de briser. Sa seule motivation connue est qu'elle fait ça "pour le sport". Sa fortune déjà inestimable continue de grandir grace aux nombreux dons de ses découvertes aux grands musées du monde tels que le Louvres ou le musée du Caire. Lara a du mal à accepter son surnom de "Tomb Raider", la plupart du temps elle retournait les trésors qu'elle découvrait au pays qui selon elle devrait en avoir légitimement la garde car faisant partie de son patrimoine historique. Seuls les artéfacts les plus dangereux et risquant de tomber entre de mauvaises mains reposaient à l'abri des regards dans sa salle aux trésors. A côté de ces derniers, Lara garde tout de même quelques pièces ayant une valeur plus sentimentale à ces yeux, tel que l'Iris, source de nombreuses péripéties entre elle et son ancien mentor, Werner Von Croy, la menant des temples d'Angkor Wat à Manhattan. C'est Von Croy qui insufla à Lara son gout pour l'aventure et le risque, au grand dam de son père qui pris le relais après la disparition de Von Croy au Cambodge.

Alors qu'elle revenait de sa séance d'entrainement sur son parcours d'obstacles personnel amménagé autour du manoir, Lara enfila un bikini noir et s'allongea au bord de sa piscine, un bras pendant négligeament dans l'eau. Alors qu'elle s'assoupissait, le tintement du service à thé posé sur le plateau de Winston - son majordome- la réveilla. Lara s'assit au bord du bassin, trempant maintenant ses jambes dans l'eau. Le vieil homme déposa le plateau à côté d'elle. Lara le remercia puis il repartit en direction de la cuisine. Elle se servit une tasse de thé avec l'eau encore bouillante, s'essuya le bras avec sa serviette et déplia l'exemplaire du Times posé à côté de la théière. Elle lut rapidement la une, consacrée aux sempiternels problèmes économiques mondiaux puis parcourut les pages du journal à la recherche de nouvelles interessantes. Un article de la rubrique faits divers attira son attention. C'était juste un petit encadré avec une photo en noir et blanc. On y voyait plusieurs personnes allongées en cercles concentriques dans ce qui semblait être la clairière d'une forêt tropicale à en juger par les arbres. Sans avoir lu l'article, Lara compris tout de suite que ces gens ne participaient pas à une quelconque oeuvre d'art photographique mais qu'ils étaient bel et bien morts. Elle lut l'article avec attention. Cette macabre découverte a été faite par un groupe de touristes venus visiter un temple maya dans le sud du Mexique, situé à une centaine de mètres de la clairière. Les premiers éléments de l'enquète révélaient que les victimes faisaient partie d'un groupe de fanatiques persuadés que la fin du monde était pour la fin de l'année 2012, le 21 décembre plus précisément. Le gourou de la secte aurait organiser ce suicide collectif en tant qu'aboutissement de rituels farfelus.

"Pauvres fous" se dit Lara. Elle avait vu bien des choses au cours de ses aventures, et son esprit était des plus ouverts qui soit. Des morts vivants, des esprits, des artéfacts aux pouvoirs mystérieux et même des dinosaures avaient croisé la route l'archéologue. Cependant, même si il lui était arrivé de constater l'existance de cultes étranges ( elle avait par exemple était témoin d'une secte italienne qui avait réussi à réscuciter leur gourou en un gigantesque dragon), Lara ne croyait pas en cette prophétie apocalyptique. Elle reprochait à un trop gros nombre d'archéologues le raccourci pris entre les différents aspects de la civilisation maya tels que le calendrier, les croyances et le myhte des enfers. Des hommes friant de sensationnel sans doute. Cependant l'idée de cette prophétie s'était maintenant installée dans l'inconscient populaire, l'appelation de "Jours sans noms" fut même adoptée pour désigner les 5 jours où l'Enfer déferlerait sur Terre, surement pour surenchérir dans le tragique et la peur. Ces mensonges causèrent des dommages comme celui raconté dans le journal que Lara lisait. Et cela n'allait pas aller en s'arrangeant la date fatidique approchant.

Lara replia le journal, finit sa tasse de thé et plongea dans sa piscine. Elle avait besoin de quelques longueurs pour se changer les idées. Elle se concentrait maintenant sur sa prochaine aventure, dans laquelle elle partirait à la recherche de la pierre Infada dans un temple en Inde sur les rives du Gange. Elle était loin de se douter qu'à l'autre bout du monde, dans un temple du Yucatàn, un petit sablier continuait de s'écouler, annonçant la venue d'un évènement qu'elle se refusait encore catégoriquement à croire.






CHAPITRE 2 La vérité

Angleterre, Manoir Croft, 16 décembre 2012


Il était 1h du matin quand l'alarme de la demeure réveilla Lara en sursaut. Sans prendre le temps de réfléchir elle sauta du lit en prenant la clef argentée sous son oreiller et ouvrit la petite porte à côté de son lit. Elle pénétra dans son râtelier d'armes et pris son fusil à pompe ainsi que quelques cartouches qu'elle glissa dans les poches de sa nuisette bleue nuit. Elle s'avança ensuite prudement à l'entrée de sa chambre, puis arriva sur la coursive de l'étage. Elle surplombait l'imposant hall d'entrée, plongé dans l'obscurité. Elle décida ne pas allumer les lumières. Elle regarda d'abord par la grande fenêtre au dessus de la porte d'entrée, même si elle ne pouvait pas voir le parc, elle cherchait à distinguer d'éventuelles lumières suspectes. Mais rien. Elle descendit les escaliers et en se tournant vers les deux couloirs de chaque côté de l'horloge elle aperçut enfin un indice sur l'origine de l'alarme. Une faible lueur bleue claire ondulait sous la porte menant au souterrain. Elle s'approcha et ouvrit la porte, la lumière se faisait plus intense. Lara descendit les marches, toujours son fusil à la main. Elle tapa un code de sécurité sur une console enfoncée dans le mur, passa un scan digital et rétinien. Lorsque la porte de la salle des trésors s'ouvrit, l'archéologue fut aveuglée quelques instant par l'intense lumière. S'habituant à cette dernière, elle pris quelques secondes pour observer la pièce avant d'entrer. La longue salle étroite était meublée ça et là de quelques coffres et reliques posés sur des petits promontoires. Les deux pans de mur qui couraient sur la longueur de la salle étaient en fait des vitres blindées donnant sur les trésors les plus précieux de l'aventurière, rangés de manière plus ordonnée. Elle dut s'avancer jusqu'au fond de la salle pour découvrir d'où provenait la lueur bleue. Son origine était derrière la vitrine mais Lara ne parvint pas à distinguer d'où précisément. Soudain, une forme sombre sembla se dessiner dans la lumière, la silouhette était humanoïde mais trop grande et squelettique pour être un homme. La créature semblait posséder une grosse et longue excroissance au niveau du crane, courbée vers l'arrière. Alors que Lara tentait de comprendre ce qui se passait la silhouette fondit sur elle en explosant la vitrine. L'archéologue eu juste le temps de décharger son fusil et entendit un cri strident. Le souffle de l'éclatement du verre blindé la fit trébucher en arrière derrière un coffre. Allongée sur le sol, Lara vit la créature flotter au dessus d'elle, semblant l'observer. Cependant elle compris à temps qu'elle allait subir une nouvelle charge. Elle ne savait pas si cela aurait un quelconque effet mais elle enfonça de nouvelles cartouches dans son fusil et tira sur la silhouette qui fonçait sur elle. Un nouveau cri strident se fit entendre et la créature s'évapora. La lumière diminua significativement d'intensité et Lara mis quelques secondes à se relever, à reprendre ses esprits et enlever les morceaux de verres qui parsemaient la peau de ses cuisses. Lorsqu'elle regarda en direction de la vitrine explosée, l'archéologue fut frappée d'effroi en découvrant enfin quel objet était à l'origine de ces étranges évènements.


Paris, Musée du Louvres, 16 décembre 2012


Lara courait presque dans les galeries désertes du musée à cette heure tardive. Sa veste et son pantalon en jean trempés par la pluie laissaient des traces derrière chacun de ses pas. Elle emprunta une porte dérobée, passa un badge dans un lecteur et pénétra dans un petit couloir interdit au public. Seuls les voyants lumineux des issues de secours éclairaient le couloir. Elle alla jusqu'à la porte du fond, le fin rayon lumineux à ces pieds lui confirmant qu'elle était au bon endroit. Elle frappa à la porte mais ne pris même pas la peine d'attendre une réponse et rentra dans la pièce. C'était un petit bureau, les murs étaient recouverts d'étagères remplies de livres et des cartons débordant d'archives jonchaient le sol. Face à une petite fenêtre donnant sur la rue de Rivoli se tenait un bureau lui aussi recouvert de livres, de paperasse ainsi que d'un ordinateur. La femme assise au bureau parut à peine surprise de voir débarquer dans son office cette ancienne connaissance à l'improviste à 5h du matin. Juste après l'incident du manoir, Lara s'était habillée en vitesse, avait délicatement emballé sa relique, et avait fonçé en voiture à Heatwrow prendre un avion privé pour le Bourget près de Paris. Elle n'avait même pas penser à prévenir de son arrivée, son esprit chamboulé par sa découverte. Elle ressentait surtout de la colère, un puissante haine envers elle-même de s'être trompée à ce point.

"Lara Croft! C'est la deuxième fois que vous entrez à l'improviste dans mes quartiers au beau milieu de la nuit. Dans quelle histoire vous êtes vous fourrée cette fois ci ? - demanda Margot Carvier d'un air blasé.
_Est-ce que c'est vrai ?! - demanda Lara, une pointe d'affolement dans la voix.
_Je vous demande pardon? - répondit Carvier incrédule
_Le compte long, les jours sans noms, serait-ce possible ?!
_Heu.... bien sûr que non. - répondit Carvier prise de cours.
_Vous êtes sûre? - surenchérit Lara"

Elle sortit en même temps de son sac fétiche l'idole d'Ah Puch qu'elle avait découvert dans sa jeunesse. Cette dernière luisait encore de sa teinte bleutée. Carvier parut stupéfaite un instant. Lara reprit son souffle et se calma, elle s'assit dans un vieux fauteuil en cuir près du bureau éclairé d'une lueure jaunatre. La vieille historienne pivota sa chaise de bureau dans sa direction, se tenant la tête comment essayant de se tirer d'un mauvais rêve

"D'où sortez vous ça? - demanda Carvier tentant de se ressaisir.
_D'un temple du Yucatàn il y a longtemps, mais peu importe. Cette relique s'est en quelque sorte "réveillée" pendant la nuit peu après minuit et depuis elle brille de cette étrange lumière. Un artéfact à l'effigie du dieu Maya des morts qui s'active au premier jour supposé des jours sans noms du compte long, cela ne peut pas être une coincidence! - Lara ne cherchait plus une confirmation désormais, elle cherchait des informations sur une solution pour empécher que ce qu'elle craignait se réalise.
_Impossible, tout archéologue digne de ce nom vous direz qu'il n'existe pas de ...
_ ... preuves tangibles je sais. - acheva Lara.- Je pense maintenant que ce flou était voulu par les Mayas, je pense que même eux ont du être terrifiés par leur découverte et ne savaient pas si ils devaient garder le secret ou transmettre l'avertissement aux générations futurs. De plus la première évocation de cette prophétie précède de peu l'arrivée des conquistadors. Peut-être n'ont ils simplement pas eu le temps d'archiver leurs données. Ils laissèrent quelques hiéroglyphes ça et là, que personne n'a pris au sérieux par la suite, sauf quelques illuminés. La précipitation de leur disparition peut donc justifier la confusion sur le sujet. Le fait est qu'aujourd'hui le risque est là.
_Et si vous avez raison, il n'est donc pas utile de débattre plus longtemps car d'ici 5 jours je ne sais quel cataclysme nous tuera tous. - reprit Carvier d'un ton sarcastique.
_Je veux maintenant bien reconnaître mon erreur sur cette prophétie, mais je refuse de croire à un tel fatalisme, et de plus je ne veux pas donner raison à tous ces fanatiques, bien qu'ils aient eu finalement raison sur pas mal de choses. Tachons de mettre nos préjugés de côtés voulez-vous. Les premières interprétations du compte long font correspondre la fin du monde et l'ouverture des enfers...
_Mais ce n'est qu'un amalgame avec leurs cérémonies funéraires! - interrompit Carvier.
_Peut-être pas finalement, peut être que ces portes existent bel et bien! Et elles méneraient à la cité souteraine de Xibalba. Plusieurs écrits font référence à cette cité en tant que "cité des pécheurs", c'est peut-être là que sont envoyés les morts qui ne méritent pas le paradis, l'enfer Maya en somme. - continua Lara.
_C'est totalement tiré par les cheveux! Il n'y a aucune preuve tangible au sujet de l'existence de Xilbaba. Et quand bien même vous trouveriez cette cité. Que feriez vous? - continua Carvier, commençant à perdre patience.
_Je sais pas, peut-être rencontrer Ah Puch en personne ou trouver un moyen d'empécher la catastrophe. Peut-être la relique a-t-elle une fonction insoupçonnée. Ce royaume des morts est le seul lien qui semble avoir était établit par les Mayas avec la fin du monde. Une solution s'y trouve, j'en suis certaine!
_Vous paraissez aussi illuminée que Von Croy en son temps. Et puis je ne vois toujours pas ce que je viens faire dans cette histoire. - s'enquérit Carvier
_C'est simple. Von Croy a longtemps travaillé sur la recherche de Xilbaba, et à cette époque je le prenais pour un fou moi aussi, je pensais qu'il perdait son temps. Mais finalement il avait peut être raison depuis le début. Si Xilbaba existe vraiment, il y a peut-être des indices dans ses travaux de recherche. Je sais qu'il vous les a légué, et je vous demande la permission de les consulter.
_Il n'en ai pas question ! ..... "

Carvier fut interrompue dans son exclamation. Des sirènes de police et de pompier commençaient à retentir à divers endroits de la ville. Lara s'approcha de la fenêtre, à cette heure très matinale tant d'agitation était étrange. Le téléphone de Carvier sonna, elle décrocha. Après quelques instants où elle se contenta d'acqiéser par des "Hum", elle raccrocha, l'air soucieuse.

"C'était ma fille. Elle avait l'air paniquée et m'a demandé si j'avais regarder les informations. - reprit Carvier.
_A cette heure-ci? - demande Lara
_Oui, peut-être cela a-t-il un rapport avec le remu-ménage dans les rues. Elle a raccroché sans que je n'ai pu demandé quoique ce soit."

Carvier se tourna en direction de son ordinateur et chercha son clavier sous les piles de papier. Sa boite mail était maintenant remplie d'alertes informations envoyées par les différents journaux auxquels elle était abonnée. Elle ouvrit le premier mail, envoyé par une chaine d'information 24h/24. Elle fut directement redirigée sur le site de la chaîne où le journal était diffusé en continu. Une édition spéciale était en cours. Les présentateurs parraissaient décontenancés. Carvier monta le son et tourna un peu l'écran pour que Lara puisse mieux voir. Une journaliste prit la parole, d'une voix étranglée et peu commune pour ce genre de personne.

"Bonjour, si vous venez de nous rejoindre, sachez qu'une information terrifiante vient de nous parvenir à l'instant de l'Elysée. Tous les gouvernements du monde annoncent en ce moment même cette information à leur population. La NASA, conjointement avec les agences spatiales européennes et chinoises, vient de découvrir qu'un astéroïde se dirige actuellement vers la Terre. Il y aurait eut une collision entre plusieurs objets massifs dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter. Après cette collision un fragment de la taille du mont Everest a été ejecté de la ceinture et se dirige maintenant vers nous. Sa taille le classe parmis les "Extincteurs", autrement dit si il venait effectivement à percuter notre planète cela déclancherait un hivers nucléaire de plusieurs années qui tuerait toute vie animale et végétale en quelques mois. Les grandes puissances se sont mis d'accord dans la nuit pour mobiliser toute la force de frappe nucléaire disponible pour tenter de détruire l'objet ou le dévier de sa trajectoire. Cependant, il nous faut attendre que l'asteroïde soit au plus proche de la Terre pour lancer les missiles. Les scientifiques sont très confiant sur le succès de l'opération, le cas de figure ayant déjà été étudié par le passé. Même si les probabilités d'échec sont très faibles, si l'opération échouait, l'astéroïde percuterait la Terre quelque part dans l'Atlantique Nord dans la journée du 21 décembre. Il provoquerait un raz de marée qui engloutirait l'Europe et l'Amérique du Nord. Le reste de la population périrait ensuite dans l'hiver nucléaire. Malgrès les appels au calme des gouvernements, la panique se répend comme une trainée de poudre. Des scènes de pillages se déroulent un peu partout. En France la loi martiale vient d'être instaurée ainsi qu'un couvre feu. Les gens sont priés de rester chez eux jusqu'à la fin ce cette période de crise. Nous retrouvons maintenant notre correspondant à New York où un sommet extraordinaire de l'ONU se tient...."

Les 2 femmes restèrent médusées. Lara se leva et coupa la vidéo. La panique retentissaient un peu plus dans la rue. Elle aurait voulu ne pas avoir raison.

_"Il me faut les notes de Von Croy! - reprit Lara sur un ton pressé.
_Je ... je doit rentrer voir ma fille! - Carvier demeurait profondément choquée.
_Je sais je comprends tout à fait. Mais je doit avoir ces documents si on veut avoir une chance d'empécher ça!
_Vous voyez bien que le problème vient du ciel et non d'une cité perdue sous terre !
_Je reste persuadée que ces 2 choses sont liées. Les mayas étaient très en avance sur leur temps en astronomie. Au point où on en est, on a plus rien à perdre de toute façon, et ça ne coûte rien d'essayer.
_Très bien, j'espère que votre instinct voit juste..."

Carvier se dirigea vers une armoire en chêne. Elle se pencha vers une petite porte de placard près du sol et l'ouvrit. Il y avait un coffre fort. Lara se rappela y avoir dérobé un pass de sécurité autrefois. Carvier fit son code et ouvrit le coffre. Cette fois-ci de nombreux porte-documents s'y trouvaient. Elle les sortis tous et examina le titre de chacuns. Elle en tendis finalement un Lara.

"Je pense qu'il s'agit de ce que vous cherchez Croft.
_Merci beaucoup, retournez auprès de vos proches. Je m'occupe de régler ce "petit soucis".
_Ce n'est pas le moment de faire de l'humour.
_Désolé, je voulais juste détendre l'atmosphère.
_J'espère sincèrement que vous avez raison et que vous trouverez une solution. Si cette dernière se trouve au fond de ruines millénaires truffées de pièges, d'énigmes et de créatures étranges, cela ne devrait pas vous posez de problème.
_Moins que si je devais prendre une fusée pour aller dompter ce cailloux moi-même, c'est sûr."

Carvier esquissa un sourir. Lara la laissa rassembler ses affaires et quitta la pièce. Elle repartit récupérer sa moto de location garée près de la pyramide de verre. Un groupe de 3 pillards tentaient de s'en emparer. Elle sortit un pistolet de l'intérieur de sa veste et tira un tir de sommation en l'air. Cela fut suffisant pour faire déguerpir les voleurs. "Pas le temps de faire dans la subtilité." se dit-elle. Des sirènes, des bruits de verre cassé, des cris et des colonnes de fumée s'élevaient maintenant des rues parisiennes alors que que le jour se levait.


Paris, Rues, 16 décembre 2012


Lara enfourcha sa moto. Avant de démarrer elle passa un coup de fil à son pilote espérant qu'il n'ait pas céder à la panique lui aussi. Elle fut tout de suite rassurée. Il avait déjà même put négocier avec la tour de contrôle l'autorisation de décoller malgré les nouvelles mesures et refait le plein. Il se tenait prêt à partir sur le tarmac. Avec Lara Croft, il était habitué aux plans de dernière minute. En raccrochant elle sentit de nouvelles silhouettes se rapprocher d'elle, elle pensa à de nouveaux pillards. Mais les hommes paraissaient étrangement trop calmes. Ils étaient quatre, en cercle à 2 mêtres d'elle. Ils étaient tous vétus de noir et le visage dissimulé dans des capuches. L'un des hommes s'approcha à côté de la moto et engagea la conversation. Lara gardait discrètement une main dans sa veste sur la crosse de son arme, l'obscurité aidant à la dissimuler.

"Nous n'allons pas tourner autour du pot, donnez-nous l'idole Croft. - commença l'homme sur un ton impérieux.
_Pardon?! - demanda Lara.
_Vous avez très bien compris.
_Non désolé, et quand bien même je comprendrais, sans raison valable je ne vous la donnerais pas.
_Nous savons que vous la posséder depuis plusieurs années. Depuis quelques jours nous avons jugés utile de vous replacer sous surveillance au cas vous voudriez faire une bétise."

Lara était abasourdie par ce qu'elle entendait et tout se mélangeait dans sa tête. Elle tenta de faire bonne figure et d'en savoir plus.

"Si par "bétise" vous entendez "éviter la fin du monde" alors oui je vais faire une grosse bétise! - reprit Lara sur le ton de la moquerie.
_Pauvre idiote, tu ne sais pas à quoi tu t'attaques! Tu n'as aucune chance de réussir!
_Peut-être mais ce serait encore plus idiot de ne pas se battre. - dit Lara sur le même ton de défiance.
_Personne ne peut s'opposer à la volonté des dieux, le jugement doit avoir lieu et les pécheuses comme toi doivent aller brûler en enfer.
_C'est l'endroit où je m'apprête à me rendre de toute façon. Il ne sert visiblement à rien d'essayer de discuter avec des fanatiques comme vous. Restez donc dans votre coin à attendre la mort. Veuillez m'excuser mais j'ai à faire.
_L'idole ! -cria l'homme.
_Même pas en rêve ! -murmura Lara."

Avant qu'aucun des hommes n'ait pu réagir Lara démarra sa moto dans un vrombissement sonore. En même temps elle donna un violent coup de crosse au visage de l'homme qui lui parlait. Il vascilla et tomba à genou. Un des sbires s'agenouilla pour l'aider tandis que les deux autres s'approchaient de la moto de chaque côté. Lara fit un demi tour sur place, heurtant les deux hommes avec sa roue arrière. Elle entendit deux engins foncer dans sa direction en provenance d'une arcade du palais du Louvres. Ses poursuivants étaient équipés d'uzis. L'archéologue fila vers les jardins des Tuileries, pensant les semer dans les allées du parc. Elle zigzagait maintenant entre les fontaines et les haies, envoyant des nuages de poussière à ses opposants, tentant de les distancer et d'éviter leurs balles. Après une partie de cache-cache, Lara avait visiblement réussi à se débarrasser d'un des motards. Le deuxième s'arrêta entre plusieurs bosquets d'arbres non loin d'elle, cherchant à savoir où se trouvait sa cible. Il entendit soudain une moto approcher mais ne sut pas d'où exactement. Lara sortit alors par surprise en traversant un buisson, bloqua sa roue avant devant le motard stupéfait, et se servit de l'inertie de son engin pour faire un tour à 360 degrès la roue arrière en l'air, cette dernière giflant violament l'homme. L'archéologue repartit ensuite en direction de la rue et pris la route du Bourget.

Sa progression dans les rues parisiennes était chaotique, des dizaines de voitures de polices, de camions de pompiers et d'ambulances avaient envahi les routes sirènes hurlantes. En arrivant place Vendômes, connues pour ses boutiques de luxe, le spectacle était effrayant. La place était prise d'assaut par des groupes pillards et Lara faillit en percuter plusieurs. Une fois la place taversée, des coups de flashball retentirent, suivis par de vrais coup de feux et des cris de terreur. Dans son rétroviseur Lara aperçu des fumées de gaz lacrymogène et des cordons de CRS se former. L'anarchie venait de s'installer et quelque part Lara s'en sentait en partie responsable. Le chaos ambiant lui permettait cependant de passer relativement inaperçu, ses manquement au code de la route étaient, pour les autorités, le cadet de leur soucis à cet instant.

Alors qu'elle s'engageait sur le périphérique parisien, l'aventurière remarqua dans son rétroviseur que le deuxième motard la suivait toujours. Equipé de son uzi il tirait sur Lara qui essayait de l'éviter en se faufilant entre les voitures qui commençaient à encombrer la route et dont les conduites chaotiques traduisaient elles aussi la panique qui s'installe. La moto de son assaillant était visiblement pluis puissante et il ne tarderait pas à se trouver à une distance suffisante pour faire mouche. Soudain elle aperçu son salut. Plusieurs camions de pompiers étaient bloqués sur la voie de gauche. Lara restait sur la voie du milieu et au dernier moment, par une manoeuvre dangereuse, passa sur la gauche dans le passage étroit entre les camions et le terre plein central. Comme elle l'espérait son poursuivant n'eut pas le temps de réagir et s'engagea à droite de la file de véhicules. Elle pris alors soin de ralentir et, une fois les camions dépassés, son poursuivant, toujours à pleine vitesse, se trouvait maintenant juste devant elle. Lara avait également dégainé son pistolet et au troisième tir elle toucha le motard qui tomba de son engin. Enfin tranquille, l'aventurière fonça à l'aéroport. Elle retrouva son avion qui décolla aussitôt.


CHAPITRE 3 Retour aux sources

Au dessus de l'Atlantique, Jet privé de Lara Croft, 16 décembre 2012


Lara apprécia de se retrouver enfin au calme pour quelques heures. Elle avait d'ores et déjà indiqué à son pilote la direction du Mexique. Elle comptait sur l'étude des documents de Von Croy pour affiner la destination. La cabine principale de son petit avion disposait de tout le confort nécessaire: d'un côté il y avait une longue banquette/lit et de l'autre deux fauteuils confortables qui se faisaient faces, séparés pas une table. Au fond se trouvait un meuble comptoir renfermant un mini bar, un placard rempli d'équipement, d'armes et trousses de soin, et enfin une porte menant à une petite salle d'eau. Lara quitta ses vêtements mouillés, enfila un jogging et un t-shirt et s'installa dans un fauteuil pour commencer à étudier le dossier de son défunt mentor.

Elle avait maintenant une certitude : une solution existait et elle disposait d'une pièce du puzzle. En effet le fait que certaines personnes veuillent à tout prix s'emparer de sa relique et que ces mêmes personnes sous entendent qu'elle permettrait d'influer sur les cours des évênements actuels était pour elle une raison suffisante. Il restait maintenant à déterminer comment l'idôle allait permettre cela et quelque soit la solution elle n'allait surement pas être simple. Le dossier de Von Croy n'était pas aussi fourni que Lara l'avait imaginé, il n'était constitué que d'un gros cahier d'une centaine de page. En le feuilletant rapidement elle remarqua que par endroits des photographies était scotchées sur les pages. Lara pris une grande inspiration et se lanca dans l'étude approfondie de ce cahier.

Après deux heures de lecture, l'archéologue avait à présent une idée globale des recherches de Von Croy et le tout était plutôt déconcertant. Son mentor avait visité en tout une dizaine de sites mayas où se trouvait une trace ou une évocation du calendrier. Si l'on en croyait ses conclusions, chacuns de ces sites pourrait potentiellement renfermer le secret de la localisation de Xilbaba, ou même l'accès à la cité elle-même. Von Croy évoquait à chaque fois les indices en faveur ou en défaveur de telles hypothèses. Aucune thèse ne semblait l'emporter sur l'autre et il ne semblait donc privilégier aucun des sites visités. Chacun de ses derniers avait en commun la présence d'une petite chambre dans laquelle un calendrier était gravé sur un autel en pierre. Au fond de chaque chambre se trouvait un bas relief sculpté représentant à chaque fois une scène de la vie différente en rapport avec une partie du calendrier comme les récoltes ou des célébrations. Von Croy les avait chacunes photographiées et jointes à ses notes. Lara s'attacha plus particulièrement à ces photos et tenta de trouver dans l'une des sculptures l'indice qui avait peut être échappé à son mentor. Au bout d'une heure supplémentaire elle était toujours au point mort et sa tête commençait à lui faire mal. Elle avait éxaminé les clichés uns après les autres et aucun élément ne lui permettait de faire ressortir une photo du lot. Dans un geste d'agacement, Lara balaya les documents présents sur la table, ce qui fit voler les clichés à travers la cabine.

"Tout va bien Miss Croft? - demanda son pilote inquiet.
_Oui, oui ne vous inquiétez pas, j'avais seulement besoin de m'étirer un peu." - répondit Lara d'un ton fatigué.

Elle se releva pour ramasser les photos et en regardant au sol elle eu un flash. Deux clichés tombées côte à côte semblait avoir des lignes correspondantes. Ce que Lara avait pris pour des fissures naturelles de la roche était peut être en fait plus complexe. Les scène sculptées ne correspondaient pas mais ces lignes en arrière plan presques invisibles si. Lara attrapa un paquet de feuilles de calques et entreprit de reproduire ces lignes sur chaque photo. Ceci fait elle étala les calques sur la table et tenta de reconstituer le puzzle. Elle le fit rapidement et compris enfin. "C'est une carte !" exulta-t-elle intérieurement. Cette carte semblait représenter le golfe du Méxique. Cependant il manquait un partie au milieu sans laquelle le déchiffrement était impossible. Il manquait donc un bas-relief et Lara savait où le trouver.

L'aventurière alla dans le cockpit pour indiquer à son pilote les coordonnées d'un petit aérodrome perdu dans la jungle mexicaine. Ensuite elle alla prendre une douche puis se coucha sur la banquette pour dormir un peu, cela serait surement une des rares fois où elle pourrait se le permettre dans les jours à venir.

A une heure de l'arrivée, Lara se réveilla et entreprit de se préparer.
Elle enfila un pantalon imperméable couleur kaki, une veste en cuire noire elle aussi imperméable et enfin ses bottes adaptées à tout type d'escapade en pleine nature. Elle sangla ensuite ses deux holsters sur ses cuisses dans lesquels elle rangea ses deux 9mm fétiches. Elle rempli son sac à dos d'une trousse de secours, de munitions, d'un viseur laser, de l'idole et des documents de Von Croy. Elle attacha ensuite une torche à une sangle de son sac, au niveau de sa poitrine. A sa ceinture elle accrocha une caméra HD, un pistolet lance-grappin et quatre grenades. Elle retourna ensuite dans le cockpit.

"Avez-vous pu contacter l'aérodrome? - demanda Lara à son pilote.
_Malheureusement non, tous mes appels radio sont restés sans réponses.
_Le personnel a surement déserté les lieux suite aux récentes annonces. Atterrissez quand même, nous n'avons pas vraiment le choix.
_Bien madame! - acquiesa le pilote.


Mexique, A proximité du site d'Ek Balam, 16 décembre 2012


Avec le décalge horaire, le jour n'était pas encore levé. Le temps était lourd et très nuageux. A part les balises de la piste d'atterrissage, aucune autre lumière n'éclairait l'aérodrome situé dans une grande clairière. L'avion se posa sans difficultés. Lara ouvrit la porte de l'appareil et pris le temps de scruter les lieux. Ils avaient l'air déserts, la petite tour de contrôle était totalement éteinte. A coté se trouvaient seulement quatre hangars et une simple cloture grillagée faisait le tour du site. L'atmosphère était orageuse et Lara sentit quelques gouttes tomber sur son visage. Elle retourna une dernière fois dans le cockpit.

"L'endroit me parait sûr pour l'instant, faites le plein et allez cacher l'avion dans un des hangars Ensuite faites vous discret jusqu'à mon retour. - dit Lara à son pilote.
_Dois-je m'attendre à de la visite? - s'enquérit-il.
_Peut-être, des hommes m'ont attaquée à Paris pour tenter de m'empécher de venir ici et ils ont l'air de disposer de pas mal de moyens. Je ne serait pas étonnée de les voir débarqués ici dans peu de temps. En cas de besoin servez-vous en armes dans l'armoire du fond et si il se passe quoique ce soit contactez moi immédiatement! - dit Lara en insérant une oreillette.
_Comptez sur moi!
_Bien. J'essaierai de faire aussi vite que possible." - acheva Lara.

L'archéologue descendit sur le tarmac, elle repéra très vite une vieille jeep rouge abandonnée près d'un hangar. Par chance les clefs étaient dessus. Elle ne perdit pas un instant, démarra et s'enfonça dans la jungle mexicaine en suivant un chemin de terre accidenté. La pluie redoublait d'intensité et le tonnerre commançait à gronder. Lara se dirigeait vers le site d'Ek Balam qu'elle avait visité durant son enfance. La partie manquante de la carte se trouvait forcément dans la salle du calendrier où elle avait trouvé l'idole, les tunnels n'ayant pas encore été découverts au moment où Von Croy avait exploré la région.


Après quelques kilomètres le long d'une route tortueuse, l'archéologue sortit enfin de l'épaisse forêt et arrêta sa jeep au pied de l'imposante pyramise maya. Presque rien n'avait changé, il y avait même encore des restes de débris de la fouille passée. Le trou béant à la base de la structure était toujours là et Lara, en espérant un miracle, alla devant l'ouverture et parcourut du regard la pièce en contrebas. Le constat était sans appel: les tunnels étaient toujours bel et bien condamnés. La seule solution qui lui restait était de trouver l'ouverture qui ornait le plafond de la chambre, ce qui allait s'avérer être aussi facile que chercher une aiguille dans une botte de foin. D'instinct Lara se dirigea vers l'ouest et repartit dans la forêt. La chambre avait un plafond assez haut et le sol au même niveau que celui de l'entrée. Il fallait donc monter et la direction choisie était la seule semblant aller dans ce sens.

Après seulement quelques minutes de marche, la chance sourit à l'archéologue, elle manqua même de tomber dans l'ouverture presque entièrement recouvertes de fougères et de branchages. Elle exulta intérieurement car sans ce coup de pouce du destin, elle ne savait pas comment elle aurait trouver l'endroit. Aucun signe distinctif ne différenciait ce point de la forêt d'un autre. Lara entreprit de dégager l'ouverture, le sol rendu boueux et glissant par la pluie ne lui rendant pas la tache facile. Une fois sa besogne terminée, l'anglaise alluma sa lampe et tenta de détailler la pièce à la recherche du bas-relief. Alors qu'elle parcourait la chambre du regard, les souvenirs de sa précédente expédition lui revinrent en mémoire avec une pointe de nostalgie. La salle était vide, le sol se trouvait à une vingtaine de mêtres en contrebas. Le tunnel par lequelle Lara était arrivée dans sa jeunesse était condamné par des rochers. Un petit point brillant incrusté au centre de la salle circulaire attira son attention mais elle ne parvint pas à déterminer ce que c'était.

Lara se saisit de son pistolet lance-grappin et visa une branche d'apparance solide au dessus de l'ouverture. Elle pressa la gachette et un mince filin alla s'enrouler autour. Après avoir testé la solidité de la branche, l'archéologue refixa son pistolet à sa ceinture et fit un pas dans le vide. Elle se retrouvait maintenant en suspension au dessus du vide et commença sa descente, sa torche allumée. A mi-parcours Lara remarqua une formation rocheuse particulière cachée derrière des racines. Elle se balança dans sa direction et s'accrocha à la paroie d'une main grace à une fissure. De l'autre elle arracha les racines. Une fois la poussière dégagée retombée, Lara esquissa un sourire: c'était le dernier bas-relief.

"Finalement c'était plus facile que prévu !" - se dit-elle.

Elle se saisit de sa caméra et prit soin de filmer la sculpture rectangulaire sous différents angles. Une fois la capture terminée, Lara rangea sa caméra et lacha sa prise. Une fois stabilisée à la verticale elle commença à remonter. Mais la chance sembla tourner car la branche sur laquelle était fixée le grappin céda. L'archéologue tomba lourdement sur le dos, son sac amortissant un peu sa chute. Immediatement elle roula sur le côté pour éviter la chute de la branche. Elle resta quelques secondes allongées sur le sol pour retrouver ses esprits. Une fois relevée, elle fut rassurée en constatant qu'elle n'avait aucune fracture. Lara déméla le cable de son grappin toujours enroulé autour de la branche puis fit le point sur sa situation. Elle était prise au piège dans cette pièce sans aucun moyen de repartir par là d'où elle venait.

"Ok, j'ai parlé trop vite..." - fit-elle à voix haute.

Soudain elle remarqua une petite ouverture, dans laquelle elle pourrait ramper, au pied de la paroie à l'opposé de l'entrée condamnée. Lara se souvint alors des bruits de pas qu'elle avait entendu lors de son échapée passée, surement venaient-ils de là. N'ayant pas vraiment le choix elle se dirigea vers le passage mais son regard s'arrêta vers une petite niche dans le sol. Le petit point argenté qu'elle avait aperçu depuis le haut de la salle était un petit sablier, dont il ne restait que quelques grains de sable à écouler. Lara eut un haut le coeur. Si elle avait été plus attentive, peut être aurait-elle eu plus de temps pour trouver une solution pour empécher le cataclysme à venir. Dans un geste de colère, peu commun à ses habitudes, Lara cassa le sablier d'un coup de pied, répendant des milliers de petits grains brillant sur le sol. Une fois calmée, Lara s'engagea dans le passage sombre qu'elle avait repéré, sa torche allumée. Les nombreuses toiles d'araignée rendaient sa progression difficile. Après une cinquantaine de mètres, et bien que n'étant pas claustrophobe, l'archéologue commença à ne pas être rassurée. Les toiles étaient épaisses, ce qui laissaient penser que leurs tisseuses n'étaient pas de petite taille. Si c'était bien les pas de ces araignées que Lara avait entendu par le passé, elles devaient même être carrément monstrueuses. Etant donné sa position, l'aventurière ne pourrait pas se défendre bien longtemps. Elle hésita à faire demi-tour quand un léger courant d'air sur le visage lui redonna l'espoir de trouver rapidemment une sortie. L'archéologue accéléra et après une vingtaine de mêtres elle déboucha dans une immense caverne, d'une centaine de mêtres de diamètre. Quelques rayons lumineux provenant du plafond indiquaient que l'air libre était tout proche mais autre chose attira le regard de l'anglaise: un gigantesque cocon tronait, suspendu, au milieu de la grotte. Il faisait à lui seul une cinquantaine de mêtres de diamètres. D'épais câbles en toiles le reliait aux paroies rocheuses sur les côtés, au plafond et au sol. Un silence religieux régnait et Lara compris qu'il vallait mieux ne pas perturber ce calme.

Cependant, apès seulement quelques pas, elle buta dans un petit rocher. Le choc, bien que négligeable au premier abord, résonna avec une intensité surprenante. Lara s'arrêta net. Une fois l'écho dissipé, le silence revint et pendant une seconde l'archéologue se crut tirée d'affaire. Mais très vite, un bruit de fourmillement commença à émaner du cocon. Lara dégaina ses 9mm. Soudain une fente se perça sur un flan de la structure suspendue et plusieurs araignées géantes, de la taille d'un boeuf, commencèrent à tomber sur le sol de la cavernes, à une vingtaine de mêtre de Lara. Sans hésiter elle commença à faire feux et fit ses premières victimes. Heureusement peu de balles suffisaient à les mettre hors d'état de nuire. Cependant le flot ne s'interrompais pas et Lara n'arrivait pas à juguler l'arrivée de ces monstruoisités. Ces dernières se rapprochaient de plus en plus. Lara continuait de faire cracher ses armes, tout en reculant. Très vite elle fut presque encerclée. Elle rangaina alors ses armes, dégoupilla une grenade, la lança dans le tas et enchaina plusieurs saltos arrières pour s'éloigner un maximum. Lara eu juste le temps de se mettre à couvert derrière un rocher avant l'explosion qui décima la horde d'araignées. Plus aucune bestiole ne sortait du cocon et Lara finit d'achever les dernières récalcitrantes.



Après quelques secondes de calme où la victoire semblait acquise, plusieurs fentes s'ouvrirent soudainement sur le cocon et un nombre incalculable d'araignées sortirent de toute part. Lara n'était plus de taille à affronter un tel nombre d'ennemis et n'avait que quelques secondes pour trouver une solution. Elle eut soudain une illumination et commença à chercher du regard une niche assez profonde en hauteur dans la paroie de la caverne. Elle en remarqua une, à l'opposé de sa position et assez élevée. L'archéologue remarqua également des rochers de hauteur différentes sur lesquelles elle pourrait prendre appui. Il ne restait plus qu'à rejoindre cet objectif, ce qui impliquait de traverser la horde devant elle. Lara pris une profonde inspiration, dégoupilla une nouvelle grenade et la lança au centre. Elle n'attendit pas l'explosion pour en lancer une autre et au moment où la première aller exploser, elle lança sa dernière grenade, toujours au même endroit. L'enchainement des explosions fit trembler la cavernes et sonna Lara un instant, des morceaux d'araignée volaient dans tous les sens. L'archéologue profita de la confusion et de la fumée pour piquer un sprint vers son objectif. Elle sauta sur un premier rocher, puis sur un deuxième. Elle sauta ensuite sur le dernier rocher la séparant de la niche mais glissa et dut se rattraper in-extremis. Une araignée lui accrocha la jambe avec ses mandibules. Lara lacha une main et se saisit d'un de ses pistolets. Presque sans rien voir elle tira vers le bas. Heureusement elle fit mouche et son attaquante lacha sa prise. L'archéologue grimpa sur le rocher et sauta dans la niche. Elle était maintenant au tier de la hauteur de la caverne. En se retournant vers le sol de la grotte, l'anglaise fut frapper d'effroi en voyant une armée de centaines de bestioles se dirigeant vers elle. Lara n'avait pas le droit à l'erreur, son plan devait à tout prix marcher. Elle tenta de retrouver son calme, sortit de son sac un chargeur de balles incendiaires ainsi que son viseur laser. Elle équipa ensuite un de ses deux 9mm de ces éléments et entrepris de viser les cables qui maintenaient le cocon. Un tir, deux tirs puis trois, les cables en toile prenaient feu instantanément. La horde commençait à monter la paroie, elle n'était plus qu'à quelques mêtres quand Lara finit d'épuiser son chargeur. Cependant, et l'archéologue en remercia le ciel, l'effet qu'elle recherchait se produisit. Comme elle le pensait les cables et le cocon maintenaient la stabilité de la caverne. Sans ces soutiens toute la grotte se mit à trembler et un grondement sonore retentit tandis que d'énormes rochers commençaient à tomber du plafond. Lara se prostra au fond de la niche et attendit.
Après de longues secondes où elle eut l'impression que le monde entier s'écroulais, l'archéologue ouvrit les yeux et, malgrés la poussière, fut aveuglée par la lumière du jour. Le plafond entier de la caverne c'était effondré et on ne voyait plus aucune trace du cocon ni des araignées maintenant piégées sous des tonnes de roches. Prudement, Lara s'avança sur les gravats et remarqua un vaste éboulis lui permettant de remonter à la surface. Une fois revenue dans la forêt, sous une fine bruine, elle se laissa tomber contre un arbre et profita d'une pause. Elle pris alors conscience que son oreille droite saignait, surement à cause des détonnations des grenades, et que son mollet gauche était couvert de plaies cette fois surement après avoir été aggripé par l'araignée. L'archéologue sortit alors son médikit et entreprit de désinfecter ses blessures au mollet auquel elle ajouta un pansement. Elle nettoya également le sang qui lui avait coulé sur le visage. Lara était couverte de boue et de poussière, son pantalon était déchirés à plusieurs endroits. Alors qu'elle se prit à rêver d'un bain aux huiles essentielles, l'anglaise fut ramenée à la réalité par un grésillement dans son oreille gauche, encore valide. C'était son pilote.

"Lara? LARA?! Vous me recevez?! - répétait le pilote d'une voix inquiête.
_Oui, cinq sur cinq ! - repondit Lara d'une voix empreinte de douleur alors qu'elle se relevait.
_Où étiez vous passée? Cela fait une demi-heure que je cherche à vous joindre et il vient d'y avoir un bruit d'explosion vers l'endroit où vous êtes, tout va bien?
_Mes recherches m'ont mené plus profond que prévu, mais ne vous inquiétez pas tout va bien, j'ai trouvé ce que je cherchais... - dit-Lara sur un ton se voulant rassurant.
_Bien, bien, désolé de vous couper mais c'est urgent. Les hommes dont vous avez parler, ils viennent de se poser avec un avion cargo! - reprit le pilote
_Vous êtes sûr que c'est eux? - demanda Lara, redevenant soudain alerte.
_Oui je les ai entendu prononcer votre nom.
_Ok, et vous où êtes vous?
_Pour l'instant je suis caché dans les fourrés derrière le grillage de l'aérodrome. Dès que j'ai entendu l'avion j'ai récupéré un automatique et je suis parti derrière le hangar. Quand j'ai vu qu'ils commençaient à fouiller minutieusement les bâtiments j'ai préféré battre en retraite un peu plus loin.
_Vous avez bien fait ! Je suppose donc qu'ils ont trouvé notre avion? - demanda Lara tout en se redirigeant vers les ruines d'Ek Balam.
_Oui dans un des hangars, ils l'ont fouillé et ont percé le réservoir. J'ai bien peur qu'il faille faire une croix dessus.
_Merde! Bon un problème à la fois... où sont-ils à présent?
_Trois hommes montent la gardent ici à l'aérodrome et un groupe de cinq est parti dans la forêt à pied en suivant les traces de votre jeep dès que l'explosion a retenti.
_Ok, surtout restez à couvert pour l'instant, je m'en occupe." - conclut Lara.

Entre temps l'archéologue venait d'arriver à la pyramide, l'endroit était désert. Lara sauta dans sa jeep et repartit par le chemin par lequel elle était arrivée.

A à peine trois kilomètres de là, le chef d'un groupe d'hommes lourdement armés fit un signe du bras à ces co-équipiers pour qu'ils se tiennent prêts, un bruit de moteur venait de se faire entendre. Arrivant à vive allure, envoyant des gerbes de boue, une jeep rouge sortit des feuillages en fonçant droit sur eux. Le chef fit signe de faire feu et les cinq hommes mitraillèrent le véhicule qui pour autant ne semblait pas ralentir. Le pare-brise et les phares volèrent en éclats. La jeep poursuivit sa trajectoire en ligne droite et au dernier moment les hommes durent plonger sur les bas-côtés du chemin pour éviter de se faire percuter. Le véhicule alla alors s'encastrer violament dans un arbre. Très vite les mercenaires encerclèrent le véhicule, armes levées. Le chef ouvrit avec précaution la portière côté passager. Il eut à peine le temps de constater que l'habitacle était vide que plusieurs coup de feux retentirent derrière eux. Les cinq hommes tombèrent comme des mouches, Lara bénificiant de son effet de surprise et de son acuité sans faille à viser juste et en pleine tête.

L'archéologue avait en fait lancé sa jeep en prenant soin de bloquer le volant et l'accélérateur. Elle avait alors sauté du véhicule en marche avant qu'il ne traverse les feuillages. Elle s'était alors approchée silencieusement, attendant le bon moment pour frapper.
Après avoir récupérer une mitraillette est des chargeurs, Lara repartit au pas de course vers l'aérodrome. Arrivé à la lisière de la forêt elle recontacta son pilote:

"Déjà?! et les mercenaires partis à votre recherche? - s'exclama le pilote surprit.
_Tous au pays des rêves ! - ironisa Lara
_Espérons que vous arriverez à vous débarraser des trois derniers aussi facilement !
_Cela ne vas pas être facile, à ce que je vois ils montent la garde au milieu du tarmac, impossible de tenter une approche à couvert. Et je doute du succès d'une attaque directe à trois contre un! - analysa Lara.
_Que peut-on faire? - demanda la pilote
_Je vais avoir besoin de vous. Pouvez-vous accéder au hangar où se trouve notre avion sans vous faire repérer?
_Oui, je devrais, que voulez-vous que je fasse?
_Une diversion. Si ils ont percé le réservoir alors maintenant l'avion doit baigner dans une marre de fuel. Tirer une balle pour l'enflammer ça attirera leur attention.
_Ok ça marche! acquiesa le pilote.
_Mettez vous en position et attendez mon signal."

Lara pu s'approcher à une cinquantaine de mêtres du hangar tout en restant à couvert derrière des caisses. Une fois le pilote en position elle lui donna l'ordre de tirer. Le coup de feu retentit, puis une déflagration et les trois hommes se dirigèrent tout de suite vers l'avion. Lara leur emboita le pas à bonne distance et découvrit son appareil au milieu d'un immense brasier que les mercenaires essayaient d'éteindre. Lara les neutralisa alors sans problèmes. Tandis qu'elle abaissa le canon de son arme encore fumant des coups feux retentirent derrière le hangar, d'abord une courte salve de mitraillette puis un unique et dernier coup, provenant surement d'un pistolet. Lara accoura, mitraillette au poing et découvrit un autre mercenaire, à sa tenue l'archéologue déduisit que c'était surement le pilote de l'avion cargo. Il baignait maintenant dans une marre de sang. En face, à quelques mêtres seulement se tenait le pilote de Lara, debout mais visiblement sonné. Alors qu'elle s'apprétait, sourir aux lèvres, à le féliciter, il s'écroula au sol. En s'approchant l'anglaise découvrit avec effroi qu'il avait été touché à l'abdomen, il perdait maintenant beaucoup de sang et sembait souffrir le martyr. Elle se précipita vers lui:

"Tenez bon Brice, accrochez vous! - lui lança Lara alors qu'elle essayait, paniquée, de juguler l'hémoragie.
_Je... je... - tenta-t-il de bredouiller en tentant d'aggriper le poigné de l'archéologue.
_Tss, ne vous agitez pas!
_Je suis désolé... - dit-il dans un dernier souffle, en faisant retomber son bras sur le sol.
_Non c'est pas possible! Brice! BRICE! répondez moi !!"

Lara resta un moment, à genoux à côté de son pilote et ami, le regard dans le vide, les mains toujours appuyées sur la blessure comme espérant que cela le rammène. Elle ne se souciait même pas des flammes qui, après avoir détruit le hangar et son avion, gagnaient du terrain sur les autres batiments de l'aérodrome. Elle s'en voulait de l'avoir embarqué là dedans. Ce n'était pas un homme de terrain et elle le savait, elle n'aurait jamais dû lui demander de s'impliquer dans la bataille. Il aurait du rester cacher le temps qu'elle trouve une solution. Mais le mal était fait, Lara se releva, toujours ébêtée. En tournant les talons, elle lança un dernier "Désolé...", une larme lui coulant sur le visage.

L'archéologue tenta de se reconcentrer et alla fouiller l'avion des mercenaires. Elle récupéra des munitions pour sa mitraillette et ses pistolets, une carte de la région, un couteau de combat qu'elle glissa dans sa botte droite, des vivres, trois grenades aveuglantes et enfin elle troqua son pantalon déchiré pour un trelli militaire. L'humidité étouffante en se début d'après midi lui fit abandonner sa veste en cuire, elle resta juste avec son débardeur gris. L'incendie provoqué plus tôt prenait maintenant trop d'ampleur et l'air devenait irrespirable aux abords de l'aérodrome. Lara repartit alors sans se retourner en direction de la forêt, vers le sud où, d'après la carte, se trouverait un village.

En chemin, elle arriva à proximité d'une paroie rocheuse plutôt claire. Lara décida d'en profiter pour élucider le mystère de la carte, surtout pour se donner un nouvel objectif sur lequel focaliser son esprit. Elle resortit les calques de son sac. Grace à une fonction vidéo-projection de sa caméra, l'archéologue projeta les images de la gravure d'Ek Balam sur la paroie. Elle fit un arrêt sur image, prit un nouveau calque et entrepris de dessiner la dernière partie de la carte. Une fois ceci finit, elle reconstitua le puzzle. L'anglaise fut à la fois heureuse de voir que la carte indiquait bien la ville de Xibalba mais aussi vite décontenancée en se demandant comment elle allait bien pouvoir s'y rendre. En effet la carte indiquait un point précis situé en plein milieu ... du golfe du Mexique!

Dépitée elle se laissa tomber contre un rocher, se prenant la tête entre les mains. Les mercenaires, la fin du monde, son pilote mort, l'épisode d'Ek Balam... même pour une aventurière agairie comme elle cela faisait beaucoup en peu de temps, beaucoup trop même. A ça en plus s'ajoutait un sentiment de culpabilité énorme, celui d'avoir sacrifié son pilote et de ne pas avoir comprit plus tôt que la prophétie était bien réelle. Puis un constat alarmant lui traversa l'esprit. Cela faisait deux fois en peu de temps qu'elle se laissait aller à ce genre de lamentations. Lara trouva alors la force de se relever, se jurant de ne plus craquer comme ça. Elle ne pouvait plus ce permettre ce luxe car elle seule détenait la clé pour empécher l'imminente catastrophe. Forte de ses nouvelles résolutions, l'archéologue repartit d'un pas décidé, les sentiments ce sera pour plus tard.

Quelques heures de marche plus tard, à la nuit tombée, elle arriva dans un village. Profitant de l'obscurité, Lara subtilisa un pick-up et pris la direction de la ville de Mérida - capitale de la province du Yucatàn- dans l'espoir de trouver un moyen de rejoindre l'endroit indiqué par la carte.
Revenir en haut de page
Invisible Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les forums de Captain Alban - Index du Forum -> Fanfictions : histoires avec Lara Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Votez pour le site !
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com